Blog

Semaine 0 – Voyage et adaptation

1er au 2 septembre

C’est donc le 1er septembre 2021 à 22:00 que l’équipe du PRÉCI 2020 prend finalement son envol vers le Sénégal pour la réalisation du projet Tendimane. Après un an de délai, l’équipe est très fébrile.
Première étape : un vol de 6 heures à destination de Paris. Suite à une escale de 7 heures, nous entamerons alors notre vol Paris-Dakar. Du moins, c’est ce que nous croyions. Après avoir patienté un petit 2 heures à l’aéroport pour un retard de vol, on nous annonce, un peu avant la mi-chemin, que notre avion fait défaut et que nous devons rebrousser chemin pour en prendre un autre. Vraiment, l’édition du PRÉCI 2020 aura vraiment subi des retards jusqu’au bout..!
Bref, une fois revenus, nous reprenons un troisième avion à minuit qui nous amènera finalement sur le continent africain et qui marquera alors la fin de notre long périple à l’aéroport.

3 septembre

Accueillis par la chaleur et l’humidité saisissantes dès notre sortie de l’avion, nous commençons tout d’abord par prendre le temps de remercier notre fidèle contact de projet, Saliou Sané, qui a su patienter tout ce temps de retard afin de pouvoir nous amener à notre lieu de quarantaine. Comme c’est agréable de finalement pouvoir se parler de vive voix après ces deux dernières années de préparation en ligne!

Puisque nous arrivons en pleine saison des pluies, les routes pour se rendre à Siendhou (l’endroit où nous passerons nos 10 jours de quarantaine afin de s’assurer que nous ne sommes pas porteur du virus) sont grandement inondées. Complètement exténués suite à ces dernières heures de voyagement et si près de notre destination, nous faisons maintenant face à une rivière qui bloque complètement la route sur notre chemin…. La cerise sur le sundae comme on dit!

Au final, toutes ces mésaventures nous aurons finalement fait arriver pour le lever du soleil à 6h du matin. Il faut dire que celui-ci était vachement beau avec la vue sur la mer que nous avions depuis notre logement (au moins!)

Maintenant, au dodo.

Du 4 au 10 septembre

La maison dans laquelle nous logeons est au bord de l’océan. « Maison pieds dans l’eau » comme disent les locaux selon Saliou. Il y a un marché pas trop loin et c’est à cet endroit que nous nous procurons nos aliments pour nous faire à manger. C’est aussi à cet endroit où nous apprendrons à bien négocier nos prix. Une tâche qui n’est pas aussi facile qu’elle ne paraît avec ces bons vendeurs!

On décide de prendre la première journée pour relaxer et profiter de la mer afin de reprendre nos forces.

Dans les prochains jours qui suivent, nous avons travaillé sur le relevé de quantité grâce aux plans d’Aedifica, la firme d’architecture avec laquelle nous avons travaillé en collaboration pour la conception des plans. Nous avons également pu appeler des fournisseurs locaux pour connaître les prix et les délais de livraisons pour les matériaux de construction nécessaires. Nous avons aussi profité de ces jours pour suivre la formation de premier soin donnée par Pierre-François qui possède ses certifications en tant que moniteur de sauvetage.

Bien évidemment, toutes ces activités ont pu être alternées entre quelques sessions de surf, de baignades et de siestes dans nos hamacs. Il aurait été difficile de faire autrement considérant le magnifique endroit où nous séjournions…

Samedi 11 septembre

Après notre septième et dernier jour de confinement officiel, Saliou nous convainc de l’accompagner à l’île de Gorée pour nous faire visiter. Grâce aux connaissances de notre guide, nous avons pu vivre une expérience très enrichissante en en apprenant davantage sur le passé plus obscur de l’île et le rôle qu’elle avait dans l’histoire de l’esclavage. Des témoignages bouleversants qui méritent à être entendus et qui resteront gravés dans notre mémoire.

Dimanche 12 septembre

Le jour est finalement venu de dire au revoir au village de Sendou ainsi qu’au magnifique logement qui nous aura permis de vivre une superbe quarantaine.
Nous nous rendons à nouveau au port de Dakar, mais cette fois-ci pour prendre le traversier jusqu’à Ziguinchor. Contrairement au court trajet de 20 minutes pour se rendre à l’île de Gorée, celui que nous nous apprêtons à prendre dure 15 heures et le voyage se fait de nuit. Afin de pouvoir nous reposer pour notre arrivée tant attendue au village de Tendimane, nous avons choisis de prendre des cabines avec des lits. En espérant que la traversée en pleine mer soit moins mouvementée que celle pour Gorée…
Si tout se passe bien, nous devrions être arrivés dès notre réveil à Ziguinchor où le président de l’ADIT nous attendra afin de nous amener à Tendimane.