Blog

Semaine 10 de chantier : C’est parti pour le dernier mois

Nous voilà maintenant de retour de l’île de la Réunion, bien reposés mais surtout remplis d’énergie pour attaquer le dernier mois de chantier. Nous avons passé une très belle semaine sur cette île gorgée de paysages montagneux, volcaniques et paradisiaques. Nous avions hâte, tout de même, de rentrer pour voir l’évolution du chantier et se remettre au travail. Nous avons également passé deux jours à la capitale qui n’ont pas été de tout repos : Achat des matériaux manquants; des équipements solaires du centre (4 panneaux 200 W, 6 batteries 200 Ah et un groupe électrogène pour dépanner); des arbustes; impression et envoi des invitations pour l’inauguration, etc..

Contrôle sanitaire à l’aéroport pour détecter la fièvre

Magnifique paysage de l’Île de la Réunion – Sommet du piton des neiges (3070 m)

De retour à Mada – Achat du système solaire à la capitale

Passage à la pépinière

Pendant notre absence, le chantier a très bien avancé et nous avons été surpris de voir son nouveau visage. Les ouvriers ont fini les poutres de chaînage, les trois pignons de brique restants et les colonnes des pignons. Toutes les fermes de toit ont été posées et l’enduit cimentaire a été commencé. D’ailleurs, le camion avec les derniers matériaux est arrivé. Il ne reste plus qu’à recevoir les équipements qui sont à la capitale. C’est d’ailleurs une très bonne nouvelle pour nous. Le containeur d’équipements médicaux envoyé du Canada qui devait arriver avec un mois de retard est finalement arrivé à temps à la capitale. Nous en profitons pour remercier notre partenaire Collaboration Santé Internationale (CSI) pour l’envoi du conteneur et les dons d’équipements. Nous devrons bientôt les recevoir au village.

Chantier du centre médical à notre retour

Depuis notre retour, nous continuons toujours de poser l’enduit à l’intérieur et l’extérieur. Cette tâche touche presque à sa fin. Nous avons aussi pu commencer à appliquer une sous-couche sur les murs avant de s’attaquer à la peinture. Celle-ci se fait avec de la chaux grasse appliquée à l’aide d’un bout d’un balai; ce n’est pas seulement utile à ramasser la poussière! La chaux grasse se présente sous forme de poudre blanche que l’on mélange avec de l’eau et un peu de ciment. Nous avons également commencé à appliquer une couche d’antirouille sur les cadres des fenêtres. La plupart des fenêtres ont d’ailleurs été installées.

Pose de l’enduit sur toute la surface du bâtiment

Il faut bien « garocher » l’enduit pour qu’il colle

On lisse le tout par la suite pour obtenir une surface uniforme

Voilà la chaux grasse qui commence !

On a beaucoup de plaisir à dire le mot chaux grasse autant qu’à en faire !

Un petit coup de papier abrasif sur les fenêtres et moustiquaires

Une petite couche d’antirouille

27 fenêtres et moustiquaires à faire comme ça…

De plus, côté toiture, ça avance très bien. Après avoir mis les fermes de toit, les employés ont installé toutes les pannes ainsi que les petites fermes du capuchon au-dessus du toit. Il ne reste plus que quelques petits ajustements à faire avant de poser la tôle. Au fait, la construction du toit n’a pas été épargnée non plus par la bénédiction malagasy. En effet, une fois que le point le plus haut d’un bâtiment est installé, il faut lever le drapeau, en fait deux dans notre cas, celui malgache et celui québécois. À cela, s’ensuit le discours, appelé kabary, et la bénédiction au tokagas dont la première goutte est projetée sur le bâtiment, une pensée pour les ancêtres.

Ça c’est de la charpente !

Installation des capuchons de toit – faut pas avoir le vertige

Lever des drapeau – seul le drapeau de la France manque !

Par ailleurs, nous avons décidé de construire un bloc sanitaire, en arrière du centre, composé de deux latrines et deux douches. Des journaliers, habitants du village, ont été engagés pour creuser le trou de la fosse des latrines. C’est à bras d’hommes qu’ils creusent un trou de 6 à 8 m de profondeur pour une surface d’environ 5m2. Notons encore une fois leur courage pour cette tâche ardue, d’autant plus que la terre est très solide.

Début de l’excavation de la fosse des latrines

Les travailleurs ont l’habitude de creuser de tel trou!

Si bien qu’ils développent des techniques spéciales !

Pour finir, donnons beaucoup de courage et d’énergie à tous les travailleurs du chantier, y compris nous. En effet, les jours commencent à passer de plus en plus vite et tout le monde voit la fin arriver à grand pas. D’ailleurs, nos ouvriers commencent même à travailler dès 4h du matin! Tout le monde est motivé à 1000%, la cadence a augmenté et quatre ouvriers supplémentaires sont arrivés. Bref, il n’y a personne qui se tourne les pouces!

À bientôt pour les derniers potins de PRÉCI News. Merci encore pour votre soutien.

Nous retrouvons la campagne et ses beaux paysages

 

L’info malgache du jour 

LE PRÉCI 2017 est bientôt célèbre à Madagascar.:) Demain, il y aura la parution d’un article dans le journal national malgache, Les Nouvelles , concernant notre projet. Notre chef de chantier a plus d’un tour dans son sac; il est également journaliste. C’est lui qui a pris l’initiative de la rédaction de l’article. Nous le remercions et avons déjà hâte de pouvoir découvrir la presse de demain.
D’ailleurs, voici le lien vers l’article: http://www.newsmada.com/2017/11/21/centre-de-sante-a-bongolava-des-etudiants-canadiens-a-loeuvre/

L’info anodine du jour

L’équipe du PRÉCI a commencé son calendrier de l’avant. Un petit retour en enfance qui ne peut pas faire de mal. Sauf que nous l’avons un peu adapté au projet. Au lieu de commencer le 1er décembre en attendant Noël, nous le commençons à l’envers, 24 jours avant l’inauguration pour avoir le décompte des jours restants. Voici un moyen de s’offrir un petit plaisir sucré tout en se donnant un petit stress de finir dans les temps. 🙂

Related Posts