Tanzanie 2019

L’équipe :

De gauche à droite :

  • Audrey St-Onge – Génie de la construction
  • Mathieu Le Vaillant – Maitrise en énergies renouvelables
  • Charles Parizeault – Génie de la construction
  • Lucas Bienvenue – Génie des technologies de l’information
  • Agathe Henry – Maitrise en énergies renouvelables
  • Étienne Tardif – Génie mécanique

La Destination :

La Tanzanie

Résultats de recherche d'images pour « drapeau tanzania »

Région de Ngorongoro

La région de Ngorongoro est une aire protégée par le patrimoine mondial de l’UNESCO. Son accès y est restreint, et il faut un permis particulier pour pouvoir y entrer. Cette région regorge d’animaux, plus particulièrement dans le cratère du Ngorongoro. Ce cratère, d’une superficie de 326 km2, est l’habitat idéal pour les animaux. On y retrouve plus de 400 espèces d’oiseaux, des lions, des hippopotames, des zèbres et bien d’autres. Le cratère est aussi l’endroit de prédilection pour observer les Big 5. Ce sont les cinq animaux mammifères d’Afrique favoris des touristes dans les safaris photographiques: le lion d’Afrique, le léopard d’Afrique, l’éléphant d’Afrique, le rhinocéros noir et le buffle d’Afrique. À l’exception du buffle, ce sont aussi toutes des espèces très menacées.

Résultats de recherche d'images pour « ngorongoro »

Village de Nainokanoka

Le village de Nainokanoka est un village Maasai de la région de Ngorongoro. Il est composé de plus de 15 000 habitants regroupant près de 6000 enfants. Le village, qui accueille très peu de touristes, est très vaste et s’étend sur un large territoire à 2700 mètres d’altitude. Le village se divise en plusieurs bomas, qui sont des regroupements de maisons. Les habitations des Maasais sont rondes, en terre cuite avec un toit de paille.

Résultats de recherche d'images pour « nainokanoka »

Le Projet :

Le besoin de construire une maternelle est présent pour permettre aux enfants d’avoir une base d’éducation qui leur permettra d’envisager leur scolarité et études au primaire, au secondaire et potentiellement à l’université. En effet, dans cette région, l’école est dispensée en swahili au primaire et en anglais au secondaire. La communauté Maasai, bien ancré dans les traditions, parle le Maa et n’a pas accès à une éducation de base en swahili, ni en anglais. Sans école maternelle, l’éducation scolaire leur est quasi inaccessible.

De plus, à l’âge de la maternelle, soit de trois à six ans, les enfants ne peuvent marcher de longues distances pour rejoindre une école. Des animaux sauvages comme des lions, des léopards, des hyènes, des buffles, et même des éléphants vivent aux alentours. En raison de leur petite taille, les enfants leur sont des proies faciles.

Ces enfants qui ne peuvent aller à l’école aident alors leurs parents à diriger les troupeaux, et les jeunes filles sont mariées à un très jeune âge.

Le projet a été mis en place à la demande de la communauté, les dirigeants du village et les dirigeants de la communauté Maasai des villages de Nainokanoka et d’Olchaniomelok.

L’école donnera priorité aux filles pour contrer le fait que celles-ci sont perçues comme inférieures dans la culture et les croyances.

Notre équipe mènera à terme ce projet en collaborant avec le gouvernement et l’église catholique de Nainokanoka.

Le projet sera composé d’un bâtiment abritant trois salles de classes de 40 élèves, une cuisine et une cafétéria pouvant être converties en salle multifonctionnelle. Afin d’assurer la pérennité de cette école, nous avons fait appel aux désirs de la communauté pour le design du bâtiment. De plus, nous misons sur l’implication de la communauté dans le projet, qui offre son aide bénévolement, pour tisser un sentiment d’appartenance entre la communauté et le projet. Le bureau administratif et les latrines sera construient par la communauté selon leur expertise de construction des maisons traditionnelles Maasai pour apporter un certain cachet au design.

En plus de rappeler la culture des Maasais, cette construction permettra aux enfants de se sentir comme chez soi tout en répondant à la problématique du manque d’accès à l’éducation de la région.

La construction s’achèvera en décembre 2019 et dès janvier 2020, les enfants intégreront l’école.

Partenaire local :

Je vous présente Arpakwa Ole Sikorei. C’est notre partenaire local avec qui nous sommes constamment en communication. C’est un Maasai qui a vécu dans un village avoisinant à celui où on ira construire l’école. Par sa maîtrise en Italie, son emploi au sein de l’UNESCO et son emploi dans le cratère de Ngorongoro pour le gouvernement, Arpakwa a un réseau de contacts très vaste qui nous aide dans la réalisation du projet. Il a aussi un organisme à but non lucratif appelé Safari to School qui vise à augmenter l’accès à l’éducation dans la région du Ngorongoro. C’est grâce à Léanne Bonhomme, ancienne directrice générale d’Ingénieur sans Frontières Québec que nous avons pu être mis en contact avec Arpakwa.

Partenaire architectural :

Comme dans l’édition précédente, l’équipe du PRÉCI 2019 fait appel à l’aide d’Architecture sans Frontières Québec. Leur rôle principal est de nous soutenir dans la création des plans de l’école.

L’équipe d’ASFQ a entreprit une mission dans le village de Nainokanoka pendant 10 jours le 7 avril 2019. La mission a permis de sonder la population, permettant ensuite à l’équipe de procéder à la conception de l’école, et produire les dessins d’exécution, qui serviront à la construction du bâtiment.